Sulina, terminus Delta

Le vrombissement du moteur brouille les discussions des passagers. Emmitouflé dans ma parka, je me laisse bercer par le mouvement, doucement chauffé par un pâle soleil de novembre. Sur les berges, une végétation dense semble recouvrir les terres de son épais feuillage, rendant l’ensemble impénétrable et limitant le champ de vision à ce monumental couloir d’eau. Subitement, le bateau quitte son tracé rectiligne et bifurque dans un bras insoupçonné, caché par des saules exubérants, qui plongent leurs branches dans les eaux sombres. Un ponton, une cabane en planches. Deux personnes s’extirpent de l’embarcation avec tout leur barda. On est déjà reparti. Le temps est suspendu à la vitesse du bateau. Quelques maisons isolées apparaissent en même temps qu’une route goudronnée. Un énorme bâtiment en béton, ancienne usine de conserves me dira-t-on, essaie encore de jouer les gros bras. Las, il s’effrite inexorablement. Petit à petit, les maisons se collent les unes aux autres. Le moteur cesse son vrombissement, la poupe s’affaisse dans l’eau. Le bateau glisse avec précision jusqu’au ponton de fer. Sulina, terminus Delta. A 70 kilomètres en amont de Sulina, Roumanie, le Danube se sépare en 3 bras pour former cet espace géographique protégé de quelque 4 200 km2. Sulina, port flamboyant jusqu’au début du XXème, ne voit plus que les ombres des cargos passer tandis que la faune et la flore ne cessent de se répandre. Exposition Galerie Au Cube - 12-15 octobre 2023.

SHARE